Montre Belge: La Belgique terre d’horlogerie ?

Belgique et horlogerie ne sont pas des mots que l’on associe intuitivement, et pourtant le pays n’est pas en reste dans le secteur. Certaines entreprises belges travaillent pour donner leur lecture et leur interprétation de ce qu’est l’horlogerie, et d’autres maisons internationales qui s’étaient misent à bouder le marché belge pendant une période semblent revenir en force ces derniers temps. Voici un petit tour d’horizon du monde horloger belge du moment.

Montre Belge et fière de l’être

La France voisine à une histoire horlogère forte qui renaît de ses cendres depuis quelques années. De plus en plus de sites et de blogs horlogers de qualité voient le jour et partagent régulièrement les succès-story  « Made In France » dans le secteur à travers des articles complets et des vidéos qui font l’objets de vraies recherches. Le marche horloger français est fait de certaines marques d’antan que l’on voit revenir sur le devant de la scène comme LIP, ainsi qu’avec de nouvelles figures du secteur avec de jeunes horlogers passionnés bien décidés à montrer que l’hexagone n’a pas dit sont dernier mot en matière de montres. Les productions et les volumes sont bien maigres lorsque l’on les compare aux montants et aux chiffres des géants suisses et Japonais, mais les idées, la créativité et le savoir-faire sont bien présents. Le paysage horloger belge a de nombreuses similitudes avec ce constat français. Quelques maisons se développent à leur rythme en Belgique en proposant des produits originaux et travaillés.

C’est le cas par exemple de la marque Armogan qui propose des montres sportives inspirées de modèles vintage dans le secteur de la course automobile avec des bracelets rallye principalement. La majorité de ces montres sont entrainées par des mouvements à quartz venant de fournisseurs de renom en provenance du Japon. Le temps du calibre fait maison n’est pas encore là, mais la volonté de bien faire se ressent.

montre-armogan

Gavox est un autre exemple d’une maison belge qui prend de l’ampleur. Les montres se concentrent sur des styles en rapport avec l’exploration terrestre, aérienne ou marine / sous-marine. Des garde-temps de cette marque ont été offerts par le premier ministre belge à des chefs d’états du monde entier au fur et à mesure de rencontres protocolaires, une belle marque de reconnaissance nationale. Ce sont des mouvements à quartz ou des calibres automatiques qui équipent les Gavox, qui viennent de fournisseurs suisses ou japonais selon les modèles.

gavons montres belges

La marque GMT qui fait dessiner ses modèles en Belgique, Komono qui est originaire d’Anvers, Raidillon qui officie à Bruxelles, sont d’autres marques plus ou moins influentes sur le marché. On sent donc bien un regain d’énergie pour ce secteur discret qui sait se montrer lorsqu’il le faut.

Des maisons internationales qui réinvestissent les lieux

En plus des maisons horlogères belges, des acteurs internationaux semblent regagner de l’intérêt pour le marché national. C’est le cas de Citizen, une des plus grosses maisons horlogères au niveau mondial qui nous vient du Japon. Suite à des désaccords entre distributeurs, les montres Citizen avaient disparu d’une grande partie du territoire belge pendant des années, mais cette époque est révolue. C’est le distributeur Templus qui a décidé de remettre les pendules à l’heure et de re-proposer les pièces de chez Citizen à la Belgique toute entière. Et pour ce faire, elle s’appuie sur le réseau de distribution de la marque Ice-Watch, un autre acteur belge qui fait un bruit phénoménale dans le secteur depuis quelques années. La marque a repris certains code du géant Swatch pour développer une marque à la mode, osant l’original et proposant des collections faciles à porter et bien souvent assez accessibles pour pouvoir assortir sa montre à son habit du jour. Un véritable succès commercial, et un réseau de distribution qui devrait permettre à Citizen de reprendre rapidement une place de choix sur le marché national.

Conclusion

Le secteur horloger belge prend donc une place significative dans le pays grâce notamment à des acteurs indépendants passionnés, et la Belgique semble intéresser les maisons étrangères. Les montres belges commencent à avoir la cote, même si  elles n’ont pas encore été vues aux poignets des artistes influents du rap belge, qui préfèrent encore les garde-temps « Bling Bling » helvétiques, mais a l’allure à laquelle évoluent les choses, ce n’est pas exclu que cela arrive d’ici peu !

 

Vous aimerez aussi...